Enseignes

Pourquoi les enseignes bio multiplient les recrutements de profils issus de la GMS ?

Si la croissance fait partie des indicateurs de bonne santé d’une entreprise, encore faut-il pouvoir la pérenniser, et ainsi maintenir une activité dont l’ascension peut un jour ou l’autre être amenée à ralentir. En progression depuis plusieurs années, le marché de la bio est dominé par les grandes surfaces, qui concentrent à elles seules 55% des ventes. De leur côté, les magasins spécialisés perdent du terrain puisqu’ils cumulent 28% des ventes en 2019, contre 34% en 2018. Ces derniers, et de manière parallèle à ce contexte, procèdent depuis plusieurs mois à de nombreux recrutements, notamment sur des postes du top management. Leur singularité ? La plupart des profils recrutés, est issue de l’univers de la grande distribution.

[INTERVIEW] Pierrick De Ronne, président de la fédération Natexbio et président de Biocoop : « Dans l’univers du bio, nous sommes vigilants à activer les solidarités plutôt que le repli sur soi »

Pierrick De Ronne, président de la fédération Natexbio, et de l’enseigne Biocoop, analyse les effets de la crise sur les consommateurs, sur la manière dont les distributeurs et les industriels de la bio ont réagi, et sur les armes dont ils disposent pour affronter les grandes problématiques qui animent le secteur aujourd’hui.

[INTERVIEW] Michel Reynaud, vice-président d’Ecocert et co-organisateur du Congrès mondial de la Bio

Du 21 au 27 septembre prochain aura lieu la 20e édition du Congrès mondial de l’agriculture biologique, dans la ville de Rennes. Michel Reynaud, vice-président d’Ecocert, co-organisateur et porte-parole du congrès nous dévoile les grands enjeux de cette nouvelle édition, qui devrait rassembler 2 000 participants, au couvent rennais des Jacobins.

Comment la Nocciolata bouscule le rayon des pâtes à tartiner

Avec sa Nocciolata, le groupe italien Rigoni di Asiago parvient peu à peu à obtenir une place de choix dans les rayons de la grande distribution. Passé de 250 000 euros à 27,5 millions d’euros en 10 ans, le chiffre d’affaires de l’entreprise montre à quel point la marque a su, aussi, se faire une place, dans le placard des Français.

Bio c’ Bon accélère sur la livraison express pour ses clients franciliens

Alors que le partenariat entre Bio c’ Bon et Amazon pour livrer ses clients en une heure a pris fin l’été dernier, l’enseigne spécialisée dans les produits bio revient sur le devant de la scène avec son propre service de livraison express. Le distributeur rejoint ainsi Naturalia – qui s’est adossé à Amazon de la même manière que Bio c’ Bon l’avait fait avant lui -, et plus récemment Greenweez, parmi les spécialistes qui livrent en express ses clients franciliens.

“Entre les distributeurs généralistes et spécialistes, il existe une opposition de façade” Delphine David, directrice d’études, Xerfi

La démocratisation du bio dans les assiettes des Français signe-t-elle la fin d’un marché alimentaire qui avait su jusqu’alors se préserver des travers de la grande distribution ? Comment les enseignes spécialisées peuvent-elles résister aux assauts des grandes surfaces sur ce marché en plein expansion ? Faut-il s’attendre à une concentration des acteurs en présence ? Auteure d’une vaste étude sur l’évolution du marché alimentaire biologique, Delphine David, directrice d’études pour l’institut Xerfi, revient pour Plan B(io) sur les profonds bouleversements que connaît la distribution des produits biologiques en France.

Le premier magasin 100% Bio de Casino en images

C’est le premier magasin 100% bio sous enseigne Casino, et il servira notamment à présenter en avant-première toutes les nouveautés de l’entreprise en matière de Bio. Dans la ville d’Issy-les-Moulineaux (92), le groupe a discrètement ouvert à la mi-décembre un point de vente sous enseigne Casino #Bio, en remplacement d’un magasin précédemment exploité sous enseigne Casino Shop.