Avec Paysans d'ici, Ethiquable veut développer le commerce équitable en France

La marque spécialisée dans les produits issus du “commerce équitable nord-nord”, étoffe sa gamme de produits avec le lancement de 4 nouvelles références. Portée par une croissance de 27% en 2019, Paysans d’ici, propriété de la Scop Ethiquable, veut contribuer à démocratiser  le commerce équitable français.

Article extrait de la newsletter du 06 février 2020

Miser sur des légumineuses germées, produites en France et issus du commerce équitable, pour confectionner des pâtes bio qui seront vendues en GMS, est un pari osé. C’est pourtant celui qu’a choisi de relever la marque Paysans d’ici à travers le lancement de 4 types de pâtes composées de blé, mais aussi de lentilles, de pois jaunes et de pois chiches germés. Paysans d’ici appartient à la Scop (Société coopérative) Ethiquable, dont la renommée s’est construite autour du commerce équitable qu’elle a développé avec les pays du Sud.

A travers Paysans d’ici, Ethiquable applique aux producteurs français, sa philosophie en matière de commerce équitable. Il s’agit du ‘commerce équitable Nord-Nord’, reconnu par la loi du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire, comprenant le commerce avec des pays développés. Depuis son lancement en 2011, Paysans d’ici a grandi, gagné en notoriété et a surtout, beaucoup étoffé sa gamme de produits. Passés de 15 références au départ à 45 aujourd’hui, depuis les céréales, en passant par le thé, les biscuits, les confitures, jusqu’aux jus de fruits, les produits Paysans d’ici sont issus de 15 groupements d’agriculteurs.

Pour pouvoir travailler avec la marque, ces derniers répondent aux exigences prévues par la loi de 2014, et s’inscrivent en outre dans le cadre d’une charte rédigée par Ethiquable dont les principaux axes sont : un prix rémunérateur qui couvre les coûts de production des producteurs, un contrat signé avec ces derniers pour une durée de trois ans renouvelables, et un avantage donné aux systèmes de production écologiques. « Nous considérons comme primordiale de favoriser ce que nous pensons être l’agriculture de demain », souligne Christophe Eberhart, co-fondateur d’Ethiquable, en charge des filières.

Agro-écologie, alternative à la viande, et time to market

Le recours aux légumineuses pour fabriquer des pâtes est le fruit d’une réflexion aboutie menée par la marque Paysans d’ici. D’abord, c’est un moyen de soutenir les initiatives qui s’inscrivent dans la philosophie de l’entreprise sur l’encouragement de pratiques agricoles dites écologiques. En effet, Paysans d’ici travaille depuis 2016 avec la coopérative Qualisol – installée dans le Tarn -, dont l’une des particularités est précisément d’accompagner ses producteurs vers l’introduction de légumineuses dans la rotations des cultures. L’idée, aider à fixer l’azote naturellement dans les sols, tout en stabilisant ces derniers.

Mais ce n’est pas là l’unique motivation de la marque. C’est aussi le moyen d’apporter une réponse à de nouveaux modes de consommation. En effet, le choix d’utiliser des légumineuses pour fabriquer des pâtes s’inscrit dans un mouvement de prise de conscience collective autour des enjeux écologiques liées à la production intensive de viande. Alternatives de plus en plus crédibles face à la viande de part leur richesse en protéines, les légumineuses sont ici pré-germées, ce qui favorise la bonne assimilation de leurs nutriments par l’organisme, et facilite leur digestion. Enfin, de manière un peu plus prosaïque, c’est aussi une question de timing commercial. « La physionomie des rayons biologiques de grandes surfaces a beaucoup évolué ces dernières années. On y trouve désormais des produits de plus en plus pointus, qu’on ne trouvait avant qu’en magasins spécialisés », note Christophe Eberhart.

Des ventes en croissance de 27%

Cette approche globale suivie par Paysans d’ici semble lui profiter positivement. En 2019, la marque a généré 5 millions d’euros de chiffre d’affaires, portée par une croissance de ses ventes de 27% par rapport à 2018. Sa maison-mère Ethiquable a de son côté progressé de 20% et enregistré 61 millions d’euros de revenus en 2019. Pour faire grandir sa marque, Ethiquable le sait bien, elle doit faire grossir le commerce équitable en France, ce qui passe notamment par la consolidation de son réseau de producteurs partenaires.

Alors qu’elle assiste avec d’autres, à la montée en puissance de phénomènes nouveaux comme la marque « C qui le patron ?! », elle veut désormais aller plus loin que la charte qu’elle a établi pour guider ses relations avec les producteurs français. Avec d’autres marques, Ethiquable travaille ainsi à imaginer un nouveau label, comprenant un cahier des charges et des contrôles indépendants. Une manière de crédibiliser et de structurer encore plus sa philosophie, tout en mettant en lumière auprès des consommateurs une vision du commerce en France, qui gagnerait à être encore davantage connue.

François Deschamps