[Classement] Top 10 des pays champions des ventes de bio dans le monde

A l’occasion du salon international des professionnels du bio, Biofach, qui s’est tenu à Nuremberg du 12 au 15 février 2020, l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL) et l’International Federation of Organic Agriculture Movements (IFOAM), ont dévoilé les grandes chiffres de la bio dans le monde. Découvrez le classement des 10 pays au sein desquels le marché bio génère le plus de chiffre d’affaires.

Les Etats-Unis loin devant. La France talonne l’Allemagne

Avec un chiffre d’affaires de 40,5 milliards d’euros en 2018 généré par la vente de produits biologiques, les Etats-Unis sont le premier marché dans le monde, loin devant les autres pays. En deuxième place, figure l’Allemagne qui a enregistré 10,9 milliards d’euros de ventes par le bio, juste devant la France qui a en effet  totalisé 9,1 milliards d’euros. La Chine n’est pas très éloignée du marché français avec, en 2018, un CA issu du bio équivalent à 8 milliards d’euros.

S’en suivent ensuite l’Italie (3,4 milliards d’euros), le Canada (3,1 milliards d’euros), la Suisse (2,6 milliards d’euros), le Royaume-Uni (2,5 milliards d’euros), la Suède (2,3 milliards d’euros) et l’Espagne (1,9 milliards d’euros).

L’Union européenne, deuxième marché le plus important
 
Si les Etats-Unis représente le marché numéro 1 pour le bio dans le monde, notons toutefois qu’en 2018, les ventes totales de produits biologiques au sein de l’Union européenne ont atteint 37,4 milliards d’euros, ce qui en fait le deuxième plus gros marché au monde après les Etats-Unis.
Donnée exprimées en milliards d'euros. Source FiBL, AMI février 2020

Poids des pays dans le chiffre d’affaires mondial du bio

Sur la base des ventes du bio réalisées dans le top 10 des pays champions en la matière, on s’aperçoit que les Etats-Unis représentent à eux seuls près de la moitié du marché global. La France flirte avec les 11% mais a enregistré en 2018 une croissance très importante du chiffre d’affaires généré par le bio, de 15,7%. Le classement pourrait donc évoluer en faveur de l’Hexagone en 2019, si le pays est parvenu à maintenir une croissance aussi soutenue qu’en 2018.